Nourrissez ce blog!

Ce petit coin du net se nourrit de vos commentaires. Merci de penser à lui et de me laisser une ou plusieurs bafouilles.

22 févr. 2012

La bibliothèque de février

Alors ce mois-ci, on a quoi dans la bibliothèque?
(Il est grand temps que je le fasse cet article.... oulalalalaaaa)

On a de la fantasy avec :




Ok, la couverture est géniale par contre.^^
Elric des dragons : premier tome d'une longue série : le cycle d'Elric. Mouais bon, honnêtement, je n'ai pas vraiment accroché. Je ne sais pas, le héros me semble mou, mièvre et a un peu trop un coté "caliméro" mais sans aucun humour la-dessus. D'ailleurs, zéro humour dans le bouquin, (ce qui n'ets pas grave en soi). Plus embêtant, le scénar se traiiiine. Bref, je n'ai pas aimé. Mais tu peux tester si tu veux, ce n’est pas un très long livre. (179 pages en format poche)




Le pas de Merlin (de  Jean-Louis Fetjaine) : Celui là est vraiment sympa. Premier d'un cycle de 3 bouquin, il nous raconte la jeunesse d'un merlin, à l'opposé des histoires habituelles. L'auteur explique plein de truc sur les contes et légendes arthuriennes (et même que le roi Arthur, en vrai, il n'a même pas existé... bouh, un mythe s'effondre...) et c'est passionnant. Le jeune merlin est mal vu car il y a un secret sur sa naissance (je ne vous dit pas quoi, il ne le découvre qu'à la fin du livre) et se destine à la carrière de barde. Sauf que.... Voilà, je n'en dis pas plus, à vous de lire! ^^

De la frivolité et du rire (ou pas) avec :






Confession d'une accro au shopping : Bon, l'héroïne a de quoi faire frémir d'horreur les féministes. C'est une caricature de nana qui ne PEUT PAS ne pas acheter plein de trucs. Mais elle est tout de même attachante et elle évolue bien. (disons qu'elle devient un peu moins superficielle quand même). Évidemment, il y a THE histoire d'amour au milieu hein, sinon, on trahis ce genre littéraire. Bref, ça casse pas trois pattes à un canard, mais c'est bien distrayant et y a pas besoin de réfléchir beaucoup. Et en prime, ça fait rire!




Le caveau de famille : Suite du "mec de la tombe d'à coté". Très honnêtement, je l'ai pris parce qu'il était à la bilbi. Mais j'en avais entendu parlé, et les critiques n'étaient pas terribles. Seulement, j'aime bien jugée par moi-même et puis le premier livre m'avait vraiment plu. On retrouve donc nos deux héros, tout autant maladroit l'un que l'autre. Bon, c'est pas terrible. On sait ce qui leur arrive et franchement, ça ne fait pas rêver, ça ne fait pas rire. Il y a UN passage qui fait trembler de peur car il leur arrive une catastrophe. Mais honnêtement, l'héroïne qui se transforme en maman à domicile contrainte et forcée, qui à 3 enfant en 4 ans mais pas vraiment par choix ;  plus le héros qui devient quand même un peu beaucoup macho-man, lui qui était si attendrissant et attentionné dans le premier livre. L'auteure le transforme en beauf quoi. Bref, déçue je suis, et bien contente de ne pas avoir acheter le bouquin...

De la littérature "classique enfin presque" :



E=mc2 mon amour : Oui, j'avoue, je confesse, je ne l'avais toujours pas lu. C'est un vrai petit bijou, les deux protagonistes sont attendrissants comme tout. Malgré leurs grands airs et leurs QI dignes d'Einstein, ils restent des enfants malgré tout. La fin est tristoune mais coule de source. On n'en imagine pas une autre. Bref, si vous ne l'avez pas encore lu, jetez vous dessus (je suis sûre qu'on le trouve dans n'importe quelle bibliothèque.) et si vous l'avez déjà lu, ben faites vous plaisir en le relisant tiens. ;)

Voilà voilà, à dans un mois pour une prochaine bibliothèque.

(va falloir que je songe à rapatrier les bibliothèques précédentes du vieux blog moi, non?)

17 févr. 2012

Et si un jour, il me demande...

Aujourd'hui, j'ai réussi à vous programmer un article intellos. Et oui, je ne suis pas là. A l'heure où (normalement) cet article se publiera, on se mettra en route, avec Phil, pour aller chercher les clés de notre futur chez-nous.
Enfin bref...

Cette semaine, j'ai repris le thème de l'apprentissage de l'égalité des sexes dès la maternelles, et je suis allée voir ce qui se fait en Suède.
Si tu veux lire, c'est ici.
(Comme les deux articles sont programmés, tu vas arriver sur la page d'accueil des Vendredis Intellos. Profites en pour regarder les autres contributions hein.)

Alors l'égalité des sexes, on mets quoi dans ce vaste thème? Parce que, faut être lucide, un homme et une femme, d'un point de vue strictement biologique, c'est quand même pas tout à fait pareil. Par contre, oui, on peut faire les mêmes études, les mêmes métiers (même si certains boulot très physiques seront plus difficile pour un petit gabarit, on est d'accord, mais tous les hommes ne font pas 1m80 et une carrure de rugbyman.)

Et comment apprendre ça à nos petit(e)s? Déjà, on doit faire un gros travail sur nous même, les parents. Par exemple, j'aurai du mal à laisser Surprise, plus tard, aller au carnaval de l'école déguisé en princesse. Et pourtant, si il me le demande, je fais quoi? Pourquoi refuser les robes à un petit garçon? Parce que dans notre société, y a que les filles qui y ont droit? Oui mais après, va t'en lui expliquer que non, faut pas être sexiste, il ne va pas réussir à suivre et il aura raison. Mon cheminement ne sera pas logique.
Les femmes ont du se battre pour pouvoir porter des pantalons. (d'ailleurs, il y a toujours un texte de loi qui dit qu'on ne peut pas le faire sans accord d'un mâle référent, père ou mari... y a encore du boulot à faire...)
Les hommes qui aiment ça devront ils se battre à leur tour pour pouvoir mettre des robes?
Ça me pose beaucoup de questions, cette simple hypothèse de choix de déguisement. Une fille déguisée en spiderman, ou en chevalier, ça ne me choque pas, mais alors pas du tout. Un garçon en robe de princesse? Ben faut bien avouer, ça coince... Parce que c'est un garçon, donc un prince, pas une princesse, et qu'un prince, ben... ça ne porte pas de robe...
Il voudrait se déguiser en frère Tuck, je lui fais une robe de moine sans problème. Mais la robe de princesse, avec froufrou et tout et tout, ben... voilà quoi...

Je n'ai aucun problème à le laisser jouer avec des poupées, barbies, coiffeuses, dinettes etc... Je le laisserai faire le sport qu'il aura choisi quelqu'il soit. (Par pitié, pas le saut en parachute, pas le saut en parachute, ni le deltaplane!)(Oui, j'ai peur du vide, et alors? XD)

Pourtant, une petite fille, elle peut se déguiser comme elle veut, en aventurière ou en princesse, en chevalier ou en sorcière, ce qu'elle veut. Alors pourquoi, les déguisement "de fille" on a du mal à les laisser un peu aux garçons.

En soi, ce n'est pas tant qu'il demande à se déguiser avec une robe qui me gêne. Mais j'aurai peur de la réaction des autres, les autres parents et surtout... les autres enfants.

Mouais, au final, je crois que je le laisserai mettre le déguisement qu'il veut, même une robe de princesse (mais par pitié, pas rose bonbon hein, j'aime pas le rose bonbon moi...). Mais je l'emmènerais à ce fichu carnaval avec la trouille au ventre, que les autres se moquent de lui... juste parce qu'il a voulu avoir une robe, parce qu'elle est jolie.
Tout simplement parce que je n'ai aucune raison réelle de m'y opposer, à part ce foutu regard des autres....

Et toi, si tu imagines un scénario comme ça, tu penses que tu réagirai comment?

8 févr. 2012

Matin givré

Hier matin, pas bien réveillée, mais quand même assez pour avoir le réflexe de sortir l'apn.

Le soleil jouait dans les branches, toutes décorées pour l'occasion, tandis qu'en arrière plan, la rivière donnait l'impression de s'évaporer.





3 févr. 2012

L'apprentissage genré.. ou pas


Aujourd'hui, chez les VI, je pensais tenir mon sujet depuis hier, et puis ce matin, je suis tombée par hasard sur cet article.

Je pense que c'est le genre de papier qui interpelle tout parent, que qu'il soit. En bien ou en mal d'ailleurs.

Je me souviens très bien qu'une vieille dame m'est dit, en apprenant que Surprise, 13 mois à l'époque, aimait jouer avec des petites voitures et un tracteur en plastique, "Oh! C'est bien! C'est un vrai petit garçon!"

Comment dire, sans la blesser à cette dame, que même sans jouer aux voitures, son service trois pièces est suffisant à en faire un mac. et qu'une petite fille, sans en "avoir dans le pantalon" peut très bien jouer AUSSI aux voitures.

Je suis toujours atterrée d'entendre des histoires de petits garçons, grondés par leur parents parce qu'ils ont voulu jouer à la poupée ou à la marchande. Je vois mon neveu qui s'éclate avec sa cuisinière en plastique et qui avait les yeux pétillants en ouvrant son paquet contenant une fausse caisse enregistreuse.

Alors apprendre, dès la crèche, que filles et garçons peuvent participer aux mêmes activités, jouer aux même jeux. Je trouve ça génial.

Je regrette juste cette idée de mettre les filles à part pour leur permettre de jouer à certains sports réputés "masculins" ou pour qu'elles ne servent pas de "bonniches" aux garçons à la cantine. Comme si on voulait les protéger des garçons et de leurs idées moyen-âgeuses. Alors que ces même garçons ont bénéficier d'un apprentissage "non genré" dès la crèche, eux aussi.

D'un, on ne leur fait vraiment pas confiance aux garçons. On pense qu'ils vont vite tout oublier. C'est vrai que si, à la maison, papa traite maman comme une bonniche... J'avais, au lycée, une copine qui devait ranger et nettoyer les chambres de ses frères, mettre la table... parce que c'était LA fille. Ca lui pesait mais elle n'osait rien dire, la situation étant l'initiative de sa mère qui trouvait normal que les garçons n'en foutent pas une et qu'elle, fasse à leur place. Sa propre mère voyait les femmes comme les servantes des hommes de façon tout à fait normale. Évidemment, pour moi, habituée à voir mon père faire la cuisine et aider ma mère, je n'arrivais pas à comprendre.

De deux, je ne pense pas que ce soit une solution d'isoler les filles, même seulement pour quelques heures. En tout cas, pas pour ces raisons là. Il vaudrait bien mieux, à mon sens, continuer le travail d'éducation et expliquer aux garçons que non, les filles ne sont pas des bonniches et que oui, elles sont tout à fait capable de jouer au rugby. D'ailleurs, si c'est ce qu'ils voient depuis la crèche, je ne suis même pas sûre qu'il y ai besoin de leur redire tout ça à longueur de temps.

Et toi, tu en penses quoi de cette idée?

Si tu veux retrouver mon article VI de la semaine, c'est ici.


1 févr. 2012

La dernière neige?

L'hiver est là. Il était temps. Et ça y est, on a notre première neige de l'année (et de l'hiver en fait).
J'ai décidé d'en profiter à fond. Vu l'endroit où on déménage, ça m'étonnerais qu'on ai de la neige sur notre perron dans les prochaines années en fait.
Bon, pour la luge et les skis, les Pyrénées ne seront pas très loin quand même. (Ok, les skis, je n'en ai pas fait souvent, et on préfère le ski de fond, ça se trouve dans les Pyrénées ou ils n'ont que des pistes de skis alpins?)
Du coup, je suis allée me balader SOUS la neige. Oui, je n'ai pas attendu qu'il cesse de neiger. J'ai bien fait, vu que la balade que je fais, c'est en montée, alors avec Surprise dans sa poussette, sur une route potentiellement verglacée... bof. J'ai donc profité d'être toute seule lundi pour me promener (et grappiller des points ww au passage), l'appareil photo en bandoulière (mais planqué sous la doudoune pour lui éviter les flocons...)

la rivière à 10 mètre de la maison.

J'adore les arbres couverts de neige, ça fait des décors féériques non?



Mais non, ils n(ont pas froids, ils ont un bon gros poil d'hiver. ^^
Bon, la lumière n'est pas top, puisqu'il neigeait, mais je les aime bien, ces photos.