Pages

Nourrissez ce blog!

Ce petit coin du net se nourrit de vos commentaires. Merci de penser à lui et de me laisser une ou plusieurs bafouilles.

27 sept. 2020

Les enfants Whorgram : Prologue

"Les enfants Whorgram" seront une suite de texte que je vais écrire.
Cette histoire, je ne l'ai absolument pas inventée seule. Il s'agit en réalité des aventures de mon groupe de jeu de rôle actuel. Les copains joueurs et meujeu m'ont gentiment donné leur accord pour écrire nos aventures. (Encore merci!) Évidemment ça sera un peu remanié et romancé.
Il s'agit d'une aventure se passant dans un monde médiéval (mais pas fantasy, donc n'attendez pas des elfes, des nains ou des dragons, ni de magie.) J'y joue le personnage d'Ombeline Whorgram. Mon récit sera donc axé sur elle, on verra l'histoire de son point de vue.


La guerre contre l'Aeseria est finie depuis quelques années. Le Locquendech a su défendre vaillamment ses frontières. Les légions aeseriennes ont fui, la queue entre les jambes. Le Locquendech reste ce pays sauvage,couvert de forêts épaisses et parcouru de cours d'eau. Le climat y est doux, la population clairsemée. Le peuple continue à vénérer Mère Nature et les druides sont toujours les tenants de la sagesse locquedienne.

Le Gardien, Vadsoa Noreldon , est retourné régner en sa capitale. Les protecteurs ont rejoints leurs places fortes familiales. Parmi ceux-ci, Hagrim Whorgram, protecteur parmi les plus réputés du royaume, est également rentré chez lui, à Fort Daenlorn, la place forte familiale située à l'extrême sud-est du royaume. Son héritier, unique fils de sa première épouse, disparue depuis plusieurs années, s'est illustré dans l'armée du Gardien lors de la guerre contre Aeseria. Quelques années plus tard, il a disparu, sans laisser de trace, alors qu'il était l'une des étoiles montantes de la cour.
Certains plaignent le protecteur, qui a perdu son héritier et dont la 2ème femme n'aurait, selon ce que l'on sait, pas pu lui donner de descendance. D'autres se rient de lui pour cette même raison, mais discrètement, dans la sécurité de leurs fiefs. Il ne fait pas bon provoquer la maison Whorgram. Hagrim n'a pas hésité à mener bataille contre plusieurs autres protecteurs, afin de s'accaparer leurs terres, ainsi que le veut la coutume du royaume. 

Ce que personne ne sait, sauf quelques rares personnes parmi la maisonnée Whorgram elle même, c'est que des héritiers, Hagrim en a. Plusieurs. Sa seconde épouse n'est pas la femme stérile et recluse que l'on croit à la cour. Mais ces enfants, Hagrim les a cachés, a refusé de les reconnaitre comme siens. Leur statut est presque pire que celui des bâtards des maisons nobles : ils n'ont aucune existence officielle, ils n'ont pas de Maison. Ils sont au nombre de six, cinq garçons et une fille. Ils se prénomment, des plus âgés à la plus jeune : les jumeaux Réginald et Barthélémius, Lucian, Kordhel, Balghor et Ombeline.

Ils n'ont pas eu une enfance heureuse. Non content de les cacher au monde et de leur interdire de se revendiquer de leur famille, Hagrim les a élevés plus qu'avec rudesse, il les a élevé dans la violence. Si les enfants voulaient manger, il leur a fallu très tôt chasser, pêcher, cueillir leur pitance. Si des invités se présentaient au fief, ils étaient relégués dans les caves, enfermés jusqu'au départ des intrus. La fratrie a très vite appris à se taire, en présence de leur père, afin d'éviter les coups. La seule personne a avoir osé leur montrer de l'affection est leur mère. 

Un jour, il y a 4 ans de cela, sans que personne ne sache pourquoi, le protecteur a décidé de mettre la fratrie à la porte avec juste ce qu'ils avaient sur le dos et un petit baluchon contenant un peu de vivres, quelques piécettes et... rien de plus.

Passé le premier choc de se retrouver sans toit, sans famille, sans rien, la fratrie s'est peu à peu dispersée. Réginald et Barthélémius ont préféré trouvé leur propre voie seuls, Lucian et Khordel sont partis à deux pour devenir mercenaires, Balghor et Ombeline sont restés ensembles quelques mois, avant d'être séparés un jour lors d'une cohue. Ombeline, ne retrouvant pas son frère, a alors trouvé refuge dans une troupe de troubadours après une paire de mois seule. Elle a pris l'habitude, pour se protéger, de se travestir. Et si son déguisement n'a pas tenu plus de 3 semaines auprès des troubadours, ceux-ci ont respecté ce choix et elle a reçu la protection personnelle de Balda, la meneuse de la troupe. 

Ombeline va vivre 3ans et demi avec la troupe, avec plus de bonheur parmi eux qu'elle n'en a jamais connu auparavant. Mais les évènements vont les rattraper, elle et ses frères.  

12 juin 2020

Sous ma plume : les décors (setting)

Aujourd'hui, je vous partage quelques exercices que j'ai fait aujourd'hui sur les décors, les lieux où se déroule mon histoire.

Il s'agit encore d'exercices de préparation du nanowrimo 2019. Je vous les mets car cela ne va pas spoiler l'histoire en soi. Le but est plutôt de vous faire visualiser des zones, le monde, où se déroule l'histoire que j'imagine doucement.
D'ailleurs ça m'intéresse vraiment beaucoup de savoir comment vous imaginez ce monde en lisant ces descriptions alors n'hésitez pas à commenter, par écrit, voire même avec des dessins si vous le préférez.


Décor découvert lors du début de l'histoire.

Le manoir se dressait au bout de le longue allée de gravier. C'était un bâtiment imposant, de 2 étages, entouré d'un parc boisé et de pelouses. Un peu plus loin, une autre bâtisse, plus basse, évoquant une longère était visible. A l'arrière, le parc se terminait sur une forêt épaisse.

 Décors de milieu d'histoire

Dans la grande avenue, les bruits de la ville retentissaient : cris des chalands, grincements des calèches, hennissements des chevaux. De chaque coté de hauts immeubles aux façades décorées se tenaient les uns contre les autres, parfois séparés par un parc prêt à accueillir qui en avait besoin dans son petit écrin de verdure. 

La ruelle sombre sentait une odeur indéfinissable, mélange rance de vieille pisse, de fruits pourris et de viande gâtée. Les toits avancés des maisons à étage dans lesquelles s'entassaient des familles miséreuses bloquait le soleil. Seuls quelques rais de lumière formaient comme des flaques lumineuses éparses sur le sol.


Décor de fin d'histoire

A l'Est, le soleil se couchait, décorant le ciel de teintes roses et violettes. Les nuages passaient paresseusement. Tout était si paisible que cela paraissait irréel. Au loin les montagnes du Nord se découpaient sombrement, comme de lointaines ombres. 


Décor bonus :

Le sentier s'ouvrait soudainement sur la clairière inondée de soleil. Le sol était de mousse sur laquelle reposaient par endroit des feuilles mortes, vestige de la dernière saison froide. Répartis à différents endroits de la clairière, de gros rochers s'offraient comme sièges dont le confort laissait cependant à désirer. Le sol moussu, quant à lui, était une invitation au repos. 


Je n'ai pas mis le décor du climax parce que pour le coup, ça donne quand même des indications sur ce moment clé.

Sous ma plume : être fier.e de soi

Bonjour,

Me revoilà pour un petit "Sous ma plume". Le thème du jour m'a été donné par @Opale
Bon à mon avis c'est pas à ça qu'elle pensait en me proposant le thème.  XD


Perché sur un tas de paille salie par le vent, il chante à tue-tête. Puis il saute à bas de son trône et parade dans la cour. Autour de lui, ses poules l'ignorent, trop occupées à picorer leur petit-déjeuner, leurs poussins sautillants autour d'elle.
De loin il toise les canards, le chien et défie du regard le chat endormi de venir jouer dans SA cour.
Ah ça oui, on peut le dire, il est fier comme un coq.

Comme d'habitude, n'hésitez pas à commenter pour m'aider à m'améliorer. ;)

Merci!

11 juin 2020

Sous ma plume : mes tests/essais d'ambiance

Bonjour,

Je m'amuse à faire les exercices du nanowrimo 2019 (ben quoi?). J'en suis à faire les exercices pour poser une ambiance (enfin moi j'ai traduit "mood" en "ambiance") et je vous propose tout ça. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, ça m'aidera à m'améliorer. :)
(J'ai probablement fait des trucs TRES clichés. ^^')


Mood creepy (effrayant, flippant) :
La lumière blafarde des lampadaires perçait à peine l'épais brouillard qui recouvrait la rue. A proximité, le bruit d'une canne sur les pavés se fit soudain entendre.


Mood joyeux :
Des rires retentissaient sur la prairie décorées de diverses tentes multicolores.


Mode suspense/tension :
Les 2 hommes ne se quittaient pas des yeux tandis qu'au loin roulait le grondement sourd du tonnerre. 


Mood Epique : Le tonnerre roulait dans le ciel. Les chevaux piaffaient tandis qu'en haut des hampes, les drapeaux claquaient dans le vent de la tempête qui s'annonçait.



Mood Triste : La lumière du soleil semblait soudain froide et poisseuse. Les coeurs étaient comme pris dans une gangue de glace. 



Lovemood : La pièce était décorée de bougies dont les lumières vacillaient doucement tandis que les fragrances de parfum doux enivrait l'air de la chambre.

Vous remarquerez que j'ai fait court, très court. C'est tout simplement parce que l'exercice demande de poser l'ambiance en 2-3 phrases environ et que les exemples étaient tout aussi court.

Je ferai peut être plus tard l'exercice de plus détaillé une scène, juste le décor, pour poser une ambiance.

A peluche!