Nourrissez ce blog!

Ce petit coin du net se nourrit de vos commentaires. Merci de penser à lui et de me laisser une ou plusieurs bafouilles.

4 sept. 2016

Sous ma plume : Le Scaphandrier aveugle

Je suis de retooouuuuuur!!!! Mouahahahaha!
Ahem...
Bon, plus sérieusement, je m'attelle au nouveau sujet des "Sous ma plume" avec un thème gentiment donné par MereGeek! (merci à elle. ^^)

Et donc.... Un scaphandrier aveugle (j'espère que c'était bien ça, j'ai pas noté sur le coup donc c'est de mémoire. Je suis sûre du scaphandrier cela dit)

6 août 2016

Sous ma plume : Respiration, épanouissement, joie

Thème de la semaine qui se promet d'être plus lumineux, plus joyeux, que les 2 précédents. Il a été proposé par AgatheTournesol. Merci!

Alors c'est parti, parlons Respiration, Épanouissement et Joie!

Respirer... un grand coup. Poser un pied, doucement, puis l'autre, savourer la douceur de la mousse verte contre sa voute plantaire. Respirer... à fond. Ouvrir ses bras et s'étirer comme un chat. Sourire doucement, de plus en plus. Respirer... encore une fois. Fermer les yeux, lever la tête. Être inondée de soleil. Sentir le vent dans ses cheveux. Inspirer franchement, à pleins poumons. Expirer doucement. Et savourer l'instant présent.

Respirer... calmement. Avoir un frisson d'anticipation. Basculer. Savourer la sensation de vertige, de perte de repères totale. S'enfoncer dans l'eau, doucement. Tournoyer... pour rien, pour le plaisir, pour le jeu, pour les sensations. Respirer. Entendre son souffle dans le détendeur. Admirer le ballet des bulles qui se sauvent vers la surface. Tendre la main, les sentir chatouiller sa paume. Inspirer, bloquer en voyant un petit animal marin. S'approcher doucement, lentement. Admirer les couleurs, les jeux de lumières sous-marins. Remonter, doucement, pas plus vite que les bulles. Crever la surface, retirer le détendeur, et respirer, à plein, au milieu des vagues.

Respirer, faire un pas. Sentir le tatami sous ses pieds. Respirer, s'installer. Calmement, en seiza. Inspirer, doucement. Se concentrer, faire le vide. Sentir l'apaisement venir peu à peu. Oublier le monde extérieur. Inspirer, calmement, gonfler l'abdomen, se concentrer sur ses sensations. Expirer, lentement, sans réflexions, sans pensées.

Respirer, juste respirer, et se sentir bien, apaisée. Respirer et se sentir libre, et se sentir vivre.

 Voilà, un petit texte sur ce que m'inspire (sans jeu de mot) ce thème. La Nature, la plongée sous marine (qui me manque un peu) et la préparation avant un cours dans un dojo (aikido pour moi)(pareil, ça me manque).
L'épanouissement et la joie ne sont pas explicitement nommé.e.s mais je pense qu'ils transparaissent bien dans le texte quand même. :)

J'espère que ça vous a plu. :)

PS : désolée mais avec la fatigue, je n'ai pas pris le temps de relire. Toutes mes excuses pour les erreurs de français.

1 août 2016

Sous ma plume : La Norme et la Marge

Nouveau thème, nouveau(x) texte(s) avec une contrainte supplémentaire : caser 3 mots imposés.

Le thème d'aujourd'hui : la Norme et la Marge

Les 3 mots à caser : fesses, chocolat, paon

Bon et bien, c'est parti!


Baltiss n'aimait pas la Société. Cette Société qui l'avait rejettée, mais pas suffisamment pour la laisser libre de partir. Ici, dans son monde, la Société était divisée en 3 castes : les Normaux, les Anormaux, et, entre les 2, les Marginaux.
Les Normaux et les Anormaux ne se rencontraient pas, ne se voyaient pas. Illes vivaient chacun dans des parties séparées de la ville. Dans toutes les villes, tous les villages, cette organisation spatiale étaient obligatoire.La partie Normale, décorée comme la queue d'un paon, la partie Anormal, terne et éteinte.

La Société se protégeaient de ces êtres qu'elle ne comprenait pas, qui étaient si inadaptés à son fonctionnement. Mais n'était ce pas plutôt la Société qui ne s'adaptait pas à tous ses membres? Pour autant elle ne les laissaient pas en paix et exploitait sans scrupules leurs capacités individuelles, au profit des Normaux.
Les Anormaux étaient surveillés, dirigés, dominés par la Garde. Ils cultivaient la terre, élevaient les animaux, fabriquaient les vêtements. Mais illes formaient entre elleux une sorte de société parallèle, indépendante des Normaux. Illes avaient leurs propres règles, leurs propres lois, leurs propres dirigeant.e.s, même s'illes restaient assujettis aux Normaux.

Aucune révolte n'était possible, ni même imaginable. Les Normaux gardaient pour eux la technologie, les armes les plus meurtrières. La Société Anormale était une société agraire, à la technologie basique. Quelques dirigeants Anormaux avaient tenté de mobiliser leur peuple pour gagner leur liberté, gagner des droits. Les livres d'Histoire parlaient encore des massacres qui en avaient résulté... Depuis, les Anormaux vivaient résignés, soumis, accoutumés à leur sort. Si les Normaux ne les pillaient pas systématiquement, sous couvert de "dîmes de protections", ils auraient pu apprécier leur vie. Mais la Garde venait et prenait ce qu'ils voulaient : nourriture, fourrures, tissus, objets,... Les Anormaux récoltaient le cacao, et ignoraient totalement la saveur d'un carré de chocolat...

Et, entre ces 2 mondes, on trouvait les Marginaux. Coincé.e.s entre deux mondes, coincé.e.s entre deux sociétés, reconnu.e.s par aucune. Ainsi allaient les Marginaux. Illes vivaient entre les mondes.

Baltiss était une Marginale. Sa famille, des Normaux, l'avait complètement rejetée à l'annonce du résultat de ses tests.

Les tests, l'unique chose qu'avaient en commun tous les humains de la planète. Les tests, qui définissaient qui vous étiez et comment vous alliez vivre tout le reste de votre existence. Les tests, que tout jeune humain.e passaient à son 15ème anniversaire, en tremblant d'angoisse.
Tous voulaient être Normaux. La majorité l'étaient. Mais une minorité était déclarée Anormale. Et une minorité encore plus infime était... Marginale.
Raillé.e.s par les Normaux, méprisé.e.s par les Anormaux, les Marginaux n'avaient leur place nulle part. La Société les rejetait, les déclarant inadaptable. A elleux on confiait le sale boulot, trop sensible pour être confier aux Anormaux, trop honteux, méprisable, pour être accompli par les Normaux, comme par exemple... la Garde, composée entièrement de Marginaux.

Il en était ainsi depuis des siècles et des siècles, depuis que le Gouvernement Central existait, depuis que les Normaux ne formaient plus qu'un seul peuple, que l'on avait aboli les frontières et les pays...
Mais dans l'ombre, la colère et la rage des Marginaux grondait. Peut être qu'un jour, l'Humanité ne ferait réellement plus qu'une, sans rejeter un seul de ses enfants. Peut être... Un jour...
Que les Normaux prennent garde à leurs fesses, la révolte n'allait pas tarder. Peut être...

Bon, je suis pas du tout satisfaite mais je trouvais pas d'autre angle d'attaque. Mais ça ressemble vraiment trop à des histoires déjà lues... Manque d'originalité totale... Pffff...

25 juil. 2016

Défi photo : semaine 47 et 48

OUF! J'ai rattrapé mon retard!
Et on s'achemine doucettement vers la fin du défi. \o/
Je n'aurai quasi jamais réussi à faire une semaine avec vraiment une photo par jour. J'ai parfois même triché sur les semaines MAIS j'ai toujours réussi à avoir 7 photos par semaine en moyenne. Et c'est déjà pas mal. ^^
Allez, encore un mois de défi photo!