Nourrissez ce blog!

Ce petit coin du net se nourrit de vos commentaires. Merci de penser à lui et de me laisser une ou plusieurs bafouilles.

22 mai 2012

La bibliothèque de Mai

Et oui, on est presque à la fin du mois, c'est l'heure d'une petite bibliothèque!

(oui, je m'accroche à cette rubrique, malgré un succès plus que mitigé, parce que la lecture, ça me tient à cœur. ^^)

Alors tout d'abord, on va parler de

L'immeuble Yacoubian : de Alaa el Aswany
. Bon ben ça ne va pas être long... j'ai pas réussi à atteindre la fin du premier chapitre. Pourtant, c'est un livre qui a eu un certain succès je crois. Mais moi, je n'ai pas accroché du tout. L'approche des personnages, le nombre de personnages déjà aussi (il y en a trop pour moi, je ne m'y retrouve pas...) Ce livre n'a pas réussi à m'emporter dans son monde. J'ai essayé pourtant, mais non... Alors vous pouvez tenter si vous voulez, parce que des goûts, des couleurs... ça pourrait vous plaire, surtout si vous aimez la littérature classique, ou moderne. (perso, je carbure plutôt à la sci-fi et à l''héroic-fi...^^)

1Q84 Livre 2 (Juillet-Septembre), de Haruki Murakami : La suite du livre 1 donc. Difficile d'en parler s'en faire de spoil. Un poil moins entrainant que le premier mais bien sympa quand même. On apprend des choses, on comprend mieux ce qui se passe entre les différents protagonistes. Bref, un livre sympa, qui se lit facilement et assez rapidement. ^^

Hunger Games, de Suzanne Collins : J'avais lu l'article d'Adrénaline sur ce livre, et quand je l'ai vu à la bibliothèque, j'ai sauté dessus comme la vérole sur le bas-clergé breton. Et je suis d'accord avec Adrénaline, un chouette bouquin, qui vous prend et qu'on a du mal à lâcher. Vraiment à recommander! Et si tu veux en savoir un peu plus sur l'histoire, tu cliques ici et tu vas lire ce qu'elle en a dit, elle en parle mieux que moi. ^^

La maladie de Sachs, de Martin Winckler : nous plonge au cœur du quotidien d'un médecin généraliste. L'histoire est très probablement fondée sur ce que l'auteur a vécu dans sa vie de médecin. La fatigue, les demandes incessantes des patients et le manque de compréhension de certains sur le fait qu'il ne soit pas dispo là, maintenant tout de suite. Cette idée d'être indispensable, irremplaçable, de ne jamais prendre de pause, le Dr Sachs frôle l'overdose, le burn-out. Le désir de pratiquer de la bonne médecine, respectueuse, humaine, raisonnée, parfois malgré les patients, malgré certains confrères ou consœurs aussi. Qu'est ce qui l'empêchera de foncer dans le mur? On lit des récits de consults, vu par les patients, puis vu par le médecin, dans des termes parfois très dur, d'un homme qui n'en peut plus.
J'ai adoré ce livre, mais il m'a quand même secoué. J'ai retrouvé l'esprit des blogs de médecin que j'aime bien lire : Jaddo, Borée ... Un livre à recommander.

Bonne lecture!

18 mai 2012

Capricieux? Non, juste émotif et un caractère bien affirmé!

Surprise est un très mignon petit garçon. Si si! Je suis tout à fait objective! La preuve, il fait craquer plein de monde dans la rue... quand il veut et qu'il est de bon poil...

Parc que voilà, mon petit bout à moi (et à son papa ;) ), mon bébé d'amour, mon choupinou, outre une bouille à croquer, des yeux pétillants et un bon coup de fourchette, a aussi hérité le coté bastognard de son père (aka, il est têtu comme une mule (désolée Cabriole, n'y voit rien de perso...)) et mon caractère.... quelque peu.... bon, disons les choses honnêtement, j'ai un vrai caractère de cochon quand je m'y mets.
Alors imagine le combo têtu/caractère de cochon... Voilà t'as compris le souci. Dès que quelque chose ne va pas comme il veut, Mr beugle... quasi littéralement. Un jouet hors de portée, un biscuit qui tarde à arriver, une couche à changer quand Mr voudrait jouer... c'est les hurlements...(et les jets de joujoux/doudous/etc) La crise ne dure jamais très longtemps, mais tu peux en avoir un certain nombre dans la journée...

D'ailleurs, si t'as une adresse pour des tympans à pas cher, on est preneur avec Phil. Et si t'as de la patience en rab, tu nous intéresses aussi.

On a essayé tout ce à quoi on a pu penser : la patience (au bout d'un moment, ça ne marche plus, je te le dis tout net, non, une maman ou un papa n'a pas un stock inépuisable. Par contre, le stock s'autoreconstitue, ça, c'est cool...), l'ignorer, le mettre au coin dans son lit ou son miniparc, rouspéter, discuter, expliquer, consoler,... si la source de la frustration ne cède pas, on en a pour quelques minutes de brisage d'ovaires de tympans.

Va argumenter avec un petit bout de 19 mois toi... d'autant que ses crises, elles ont fait leur apparition vers 14-15 mois... La fameuse crise d'oppostition? Probablement pas au début. Mais un enfant, qui comme tous les enfants de son âge, est totalement incapable de gérer la frustration. C'est normal, tout à fait normal, ce ne sont pas des caprices... je le sais... Mais qu'est ce que c'est chiant usant en attendant.

Alors j'ai essayé de voir si mon bouquin "J'ai tout essayé" avait une piste pour nous aider et apaiser non seulement Surprise, mais aussi nos tympans et nos nerfs bordel! et là, ben je me suis dis qu'on avait pas la tête sortie du sable (comme dit Guenièvre dans Kameloot).

Pour les 18-24 mois , on a (entre autre)  (déjà, la phase s'appelle "le non de l'enfant", ça dit tout!):

-Elle/Il s'oppose :
 bon ça encore, je pense que ça va. Il est en général de bonne composition. Bien sûr, parfois, tu veux le mettre au lit, il ne veut pas ; tu veux sortir, il ne veut pas ; tu veux rentrer, il ne veut pas non plus... Mais ça ne va pas plus loin, il ne refuse pas de manger, de s'habiller, etc... Je pense que pour le moment, on ne peut pas se plaindre. d'ailleurs, il ne dis toujours pas "non", on aurait plutôt droit à "Voui!" à toutes les sauces, surtout si il entend un son proche d'une sonnerie de téléphone. ("Vouiii?" XD je craque à chaque fois...)
Les conseils, c'est de reconnaitre à l'enfant le droit d'avoir son avis et de respecter (quand c'est possible) son choix. Et il y a des fois où ça ne pose pas de problèmes et d'autre où... ben non mais là, désolée mais je ne te laisserai pas te mettre en danger mon fils. Conclusion : ok, à nous de l'écouter et de ne pas automatiquement lui imposer notre avis. Bref, il s'agit tout simplement de respecter son enfant.

Alors dit comme ça, c'est facile hein! Y a juste un mini-souci : le mini lui, ton avis, il s'en tape. Et donc, le respect de TES besoins (genre : Arrête de crier là siteuplééééé parpitiiiiéééé, Môman a mal au crâne là/Papa vient de rentrer et est crevé) ben tu peux t'assoir dessus.
Ok, il a 19 mois, j'ai 29 ans. Je suis capable de gérer mes émotions bien mieux que lui (si si, la famille, on arrête de se bidonner, je gère trèèès bien mes émotions, je suis juste un tantinet hyper-émotive, c'est tout. ^^) Mais n'empêche, quand tu as ton pitchoun 24h/24h 7j/7j, y a un moment, t'en peux plus de ce petit dictateur en couches.  Perso, dans ses cas là, je le colle dans son lit (avec doudous, peluches et bouquins) en lui disant que c'est pas pour le punir, mais que moi, là, j'ai besoin de quelques minutes de calme, voire une heure, ça serait mieux. je n'en suis pas fière. J'ai chaque fois l'impression de lui faire faux-bond, mais voilà... Chuis sûre que la majorité des parents comprennent de quoi je parle.
Mais si quelqu'un a d'autres solutions, je suis preneuse. (autre que l'alcool merci. XD)

Ce qui nous amène au second item :

-Il/Elle hurle à la moindre frustration :
Ah bah voilà, ça c'est mon bébé! Et que dis le livre? C'est normal, son cerveau est soumis à un gros stress (et le mien avec...). Il faut lui montrer de l'empathie et lui laisser exprimer son stress (aka, lui permettre de hurler), c'est mieux que de le consoler "il a mal et a le droit de pleurer!" (moi aussi? hein, dites?)
Et là, je ne suis pas d'accord. Bien sûr qu'il a le droit de pleurer, bien sûr qu'il vit sa frustration comme un vrai drame. On ne demande pas à un petit bout de pas 2 ans de relativiser! Mais en quoi faire preuve d'empathie empêche de consoler? En quoi consoler veut dire "l'empêcher de pleurer"?
Oh! On peut très bien consoler en lui disant "Pleure, tu as le droit, c'est vrai que c'est dur ce que tu vis là, tu es triste". Pour moi, consoler n'a jamais été synonyme de "pleure pas va! c'est pas grave!".
Mais justement, parfois, je n'y arrive plus, parce que je suis fatiguée, que ma tête me donne la sensation de tenir de la pastèque et que j'ai plus le "punch" nécessaire. Alors si le câlin ne suffit pas à faire passer la crise (je supporte quelques minutes de pleurs sur mon épaules, pas 30... et pas 5 minutes de pleurs combo grosses tapes dans ta face. ) je le laisse faire sa crise en restant à proximité si le besoin d'un câlin se fait sentir.
Parce qu'un petit en colère, il frappe. Et ça, désolée, il est triste mais non, je ne laisse pas passer. Et contre cela, aucune idée de solution dans ce livre... (déçue je suis... ^^') je ne me vois pas le laisser frapper, je pense que c'est une très mauvaise habitude qu'il ne doit pas prendre. Alors je bloque les poignets et je lui fait un câlin "forcé" ou alors, je m'éloigne. Mais je ne laisse pas faire. Et je dois avouer que je suis assez démunie contre cela.
Mon pitchoun n'est pas un horrible gamin capricieux et violent, juste un petit garçon de 19 mois très émotif (comme môman) et au caractère bien trempé qui sait ce qu'il veut. Et j'espère bien qu'il gardera ces traits de caractère et qu'adulte, il saura se défendre quand il faut, mais sans violence.

Voilà, un looong article, qui part un peu dans tous les sens,  pour les Vendredis Intellos. Vous pouvez aller lire ma contribution (plus ordonnée) ici. Et n'hésitez pas à lire les autres! C'est !



-

2 mai 2012

C'est beau par chez nous!

Mardi, 1er mai oblige, Phil était en congé. On en a profité pour aller se balader.
La veille, on avait déjà admirer le coucher du soleil depuis notre fenêtre :

Et encore, les couleurs étaient beaucoup plus éclatantes en vrai. :)

Légèrement plus zoomé, on a une jolie silhouette d'arbre qui se détache. ^^
Le lendemain, on a décidé d'aller se promener dans la campagne environnante, d'abord pour revoir les montagnes :

Les photos ont été prises la première fois qu'on y est allé. Mardi, il y avait plein de nuages et la luminosité n'était pas top.

La vue est grandiose, les photos ne lui rendent pas justice...

Il a l'air sympa ce village, si on y allait... au jugé. (ben oui, on ne connait pas son nom... ^^')
On est donc parti à l'aventure (compagnon, je suis parti vers l'horizoooon)

Mais avant ça, on a croisé cette bestiole :
Notre premier lézard vert... émotion! ^^

Jolie couleur hein! ;)

Ensuite, on se mets en route, en se disant "c'est par là"
Le GPS est formel, son raccourci est une route, si si :

Ah bah si il le dit. Moi, j'aurai plutôt parler d'un chemin de terre mais bon...
En bord de route, on croise ceci, que j'ai absolument voulu prendre en photo :

Oh! La jolie orchidée sauvage! Si quelqu'un a une idée de l'espèce exacte? ^^

D'un peu plus près.
On arrive enfin au village. Aucune idée de si c'est celui qu'on visait au départ, mais il est sympa :

Une superbe entrée... de ferme à priori?


J'aime bien l'aspect que prennent les vieilles briques malmenées par les éléments.
Ensuite, on est rentré pour ramasser le linge avant la pluie... qui n’est jamais arrivée, j'ai du arroser mon potager tout neuf. ^^'

Bref, une journée bien sympa!